Trois axes d'enseignement
Journées d'études
Séminaires
Présentations cliniques
Dans les régions
Aquitaine
Centre
Isère
Strasbourg
Région parisienne
Projets
France
Europe

Rechercher

 



 

 

L'IMAGINAIRE ET SES AVATARS


"L'extension de mémoire" Déliaison et tentative de guérison.




 

 

 « L’extension de mémoire»,

 Déliaison et tentative de guérison 

 

 

Marie-Hélène Pont-Monfroy

 

Je vais centrer mon propos sur la question de la fonction de l'imaginaire dans la psychose. Il m'a semblé intéressant pour cela de reprendre le matériel très riche des entretiens réalisés dans le cadre des présentations cliniques que nous organisons depuis de nombreuses années avec Michel DAUDIN et Stéphane THIBIERGE, à l'hôpital Henri EY.

 

Les transcriptions qui sont établies après chaque entretien permettent, à partir du verbatim, de repérer de façon très précise ce qui organise la structure d'un sujet et cela à chaque fois à travers le propos singulier de chacun des patients interrogés.

 

Alexandre, est un patient de 31 ans assez fluet et sportif, que Stéphane THIBIERGE a rencontré le 22 mai dernier. Son père est libanais maronite et sa mère française. Ses parents se sont séparés alors que sa mère était enceinte. Elle a alors quitté le Liban et décidé de revenir en France pour élever son enfant. Elle a espéré, dit Alexandre, que son père les rejoigne, mais il ne l'a jamais fait. Il ne connaît pas son père et n'est retourné au Liban qu'une seule fois, à l'âge de 26 ans.

 

Alexandre a donc été élevé par sa mère et il est assez proche de sa famille maternelle qui habite Paris, et en particulier de son grand père qu'il désigne comme un "grand architecte, précurseur de l'architecture moderne qui utilise le verre, la transparence".

 

Il a fait une scolarité brillante. Master d'économie à Dauphine, puis HEC en parallèle avec l'école des Mines. Il a travaillé deux ans dans des start-up en informatique, puis, près de deux ans, pour une banque dans des salles de marché. Il fait, dit-il, du "marketing stratégique" et reste flou sur les raisons de l'interruption de son activité salariée qui date d'environ deux ans et sur son activité professionnelle actuelle.

 

Il a été hospitalisé pour la première fois en psychiatrie le 1e mai 2017, c'est à dire la semaine entre les deux tours de l'élection présidentielle pour des troubles du comportement sur la voie publique. Le certificat médical d'Hospitalisation à la Demande d'un Tiers précise qu'il était dénudé et en position de méditation.

 

A son arrivée dans le service, Alexandre explique qu’avant son hospitalisation, il était en formation à Lyon et préparait l'une des certifications professionnelles les plus reconnues dans le monde de la finance. Il a quitté brusquement cette formation pour revenir à Paris parce qu'il a ressenti : "de l'hostilité qui s'exprimait par le biais de l'eau, du café, de la température". "On pouvait avoir l'intention de m'empoisonner, dit-il, comme cela est arrivé à Mozart avec Salieri, c'est à dire par jalousie."

 

Cette ambiance persécutive transparaît également, lorsqu'il évoque les questions familiales. Il se dit très attaché à son grand-père maternel mais ne l'a pas vu depuis longtemps parce qu'un oncle, frère de sa mère, l'empêche de le voir. Il dit avoir été très perturbé par un débat politique tendu entre sa mère et cet oncle, mais il ne veut pas en dire davantage parce que s'il parle, "il risque d'être en danger de mort", "on lui a fait des menaces de mort".

 

Il explique également qu'il était épuisé. Il a fait une chute dans la rue parce qu'il avait beaucoup marché. Très concerné par le débat politique et les résultats du premier tour de la présidentielle, il évoque "l’avenir menacé de l’humanité". Il a voulu faire son "devoir citoyen" et "s'est mis en marche pour la France". Il a marché jusqu'à épuisement, suivant ainsi à la lettre le slogan du candidat Macron : "En marche".

 

A propos de son dénudement sur la voix publique, il précise qu'il a fait cela "parce qu'il se sentait surveillé" et ne comprend pas pourquoi cela l'a amené à être hospitalisé.   

 

Au cours de l'entretien avec Stéphane THIBIERGE lorsque celui ci lui demande son nom, il précise que son 2e prénom est Joseph : "Alexandre c’est ma mère qui me l’a donné et Joseph c’est qu’au Liban, on a souvent un deuxième prénom qui est celui du père ou du grand-père. Là en l’occurrence c’est celui d’un aïeul, le père Youssef, Youssef qui veut dire Joseph en libanais, et donc c’est de lui que j’ai hérité ce prénom".

 

Un peu après, il poursuit : "Je suis un peu comme Descartes c’est-à-dire je me trouve un pied en France qui est la terre qui m’a adopté et un pied au Liban qui est la terre de mon ancêtre qui s’est sacrifié pour la cause du Liban. Mon arrière grand père était un des Martyrs du Liban, le père Youssef H. dont j’ai hérité le nom..."

 

Cet arrière grand-père paternel était effectivement religieux et il a fait partie des martyrs du Liban exécutés en mai 1916, pendant la première guerre mondiale, par Djemal Pacha, dit "le sanguinaire". Une place des martyrs à Beyrouth commémore cet épisode de l'histoire libanaise. 

 

A propos de son hospitalisation, lorsque Stéphane THIBIERGE lui demande : "qu'est ce qui vous est arrivé, comment les choses ont commencé ?" il répond : " ... elles ont commencé quand j’étais tout petit. J'ai quelques très vagues souvenirs de l’enfance, c’est-à-dire du moment où je suis né .... je me souviens d’avoir été porté par un père qui m’a envoyé pour accomplir une certaine tâche qui est très spéciale et que d’ailleurs je ne connais pas moi-même."

 

Il ne sait pas précisément qu'elle est le statut de ce qu'il appelle ce souvenir, qui date de la naissance et, il explique dans un emboîtement de signifiants :  " C’était peut-être un rêve, peut-être une pensée, peut-être un rêve-pensée, peut-être quelque chose qui finalement est resté marqué imprimé dans la mémoire ... si fortement, qu'aujourd’hui je continue de suivre ce chemin qui a été tracé devant moi."

 

Et il ajoute : "le meilleur souvenir que j’en ai … c’est quand je vois le Roi Lion : je me rappelle à la fin, on voit la figure d’un bébé devant toute une assemblée, eh bien c’est un peu ça si vous voulez ce qui s’est produit."

 

Alors qu'il n'a rencontré son père que tardivement à 26 ans, Alexandre dit ici avoir été " porté par un père" ce en quoi ce propos est incohérent avec la réalité historique. Néanmoins, il dit assez précisément combien toute son affaire date du moment où il est né et où lui a été transmis le prénom de cet aïeul mort en martyr.

 

D'une certaine façon, Alexandre dit ici la vérité de ce que chacun traverse à sa naissance, d'être assigné à une certaine place par les signifiants qui lui sont transmis, exposé au fantasme parental.  Son père, s'il a été absent de sa vie, ne lui a pas moins transmis avec ce prénom, le poids de son histoire. On mesure ici combien le discours et la position d'un sujet, son symptôme ou son sinthome selon les cas, ont une structure signifiante.

 

Il déploie, de façon très juste, la façon dont la lettre fonctionne pour chacun. Il sait, que quelque signifiant a un effet réel, qui insiste pour le sujet. C'est ce que Freud désignait sous le terme d'immixtion des sujets et que Lacan a repris, après lui, avec la fonction de la lettre.

 

Néanmoins, ce qui spécifie le rapport d'un sujet psychotique à cette lettre, c'est qu'elle agit à ciel ouvert et en direct, sans le filtre du fantasme qui, pour le névrosé, opère un refoulement de ce réel. Le névrosé, est pris par un texte dont il ne sait rien et il lui faut souvent le long trajet d’une analyse pour en entr'apercevoir quelque chose.

 

A défaut d'avoir, précisément, été porté par un père, le fait de porter ce prénom Joseph, Youssef en arabe, constitue pour lui, la trace réelle de l'horreur vécue par sa famille paternelle avec cet arrière grand-père martyrisé, du fait de sa religion. Et au moment précis où le Front National est au deuxième tour des élections présidentielles, Alexandre se trouve percuté de façon directe par le réel de cette lettre qui sous-tend une extermination annoncée : on veut l'empoisonner et il se met "en marche" pour faire son devoir citoyen.

 

Alexandre, va également construire un imaginaire délirant, qui bien que désarrimé, car non noué aux autres registres, n'est pas sans lien avec cette question.

 

Cette figure d'un bébé porté devant une assemblée dans le Roi Lion qu'il évoque comme constitutif de son souvenir, nous permet de mesurer la prégnance, fréquente dans la psychose, d'un imaginaire emprunté au champ social, avec des raboutages surprenants mais néanmoins significatifs de ce à quoi le sujet a affaire. Alexandre dit, ici, combien il se sent exposé au regard le l'Autre mais cela j'y reviendrai un peu plus tard.

 

Bien qu'il n'ait pas été hospitalisé à ce moment là, il semble que sa première décompensation soit survenue à l'âge de 26 ans. Il habitait alors à Lyon, où il a vécu "une relation courte mais passionnée, dit-il, avec une femme qui se prénomme Manon." C’est à cette période, qu'il décide de faire un voyage au Liban pour rencontrer son père suite aux discussions qu'il a eu avec cette femme et pour suivre son exemple dit-il, "parce que Manon est une fille qui suit la volonté de son père jusqu'au bout."

 

Il poursuit : "C’est grâce à une femme, que j'ai trouvé la force de couper tous les liens que j'avais à 26 ans.... que j'ai trouvé la force de repartir au Liban et de recommencer à zéro"  et lorsque Stéphane THIBIERGE lui demande : " C'est grâce à une femme ?" il répond : "C’est la Grâce de cette femme."

La substantification du mot "grâce", n'est ici pas un simple lapsus. C'est par ce type de glissements sémantiques que se signale, assez souvent la psychose, et Alexandre nous signifie d'emblée qu'il a affaire à un don, qui n'est autre que le don de Dieu.

 

Par ailleurs, il ne dit pas qu'il a rencontré son père, mais il formule les choses ainsi : "à vingt-six ans j’ai eu la force de partir au Liban pour voir tout le côté paternel de ma famille et j’ai vu pour la première fois le visage de mon père".

 

Il ne dit pas "j'ai rencontré mon père", mais "j'ai vu le visage de mon père" ce qui est sensiblement différent. Cette formulation qui insiste sur l'image, rend sensible la prégnance de l'imaginaire pour lui, mais surtout, son absence d’articulation aux autres registres. Cette mise en présence de son père, ne lui permet pas de symboliser pour autant la fonction paternelle qui se révèle alors forclose. Il a affaire à une pure image et non pas à une rencontre, qui supposerait un nouage des trois registres.

 

Cette dissociation des trois registres a probablement été accentuée par la réaction de son père qui, au cours de cette première rencontre, lui aurait demandé de faire un test ADN, pour vérifier sa filiation. Alexandre a, en effet, deux demi frère et soeur d'un premier lit du père et il semble qu'il y ait eu des tensions au sujet de questions d'héritage qu'il ne va évoquer que de façon allusive au cours de la présentation, je le cite :

 " ... Supposons que vous héritiez d’un hôpital, dit-il à Stéphane THIBIERGE, et que vous-même vous ayez des frères et des sœurs, eh bien à partir de là, chacun va tirer dans son sens pour obtenir la répartition la plus équitable pour chacun et à ce moment-là il faut un arbitre. Je pense qu’il n’y a pas eu d’arbitre ... et c’est ce qui a créé cette crise familiale et ça s’est fait au moment où je suis né."

 

On peut s'arrêter sur cette formulation " … chacun va tirer dans son sens pour obtenir la répartition la plus équitable pour chacun" qui constitue un exemple clinique très précis de la discordance propre à la psychose. Il ne s'agit nullement d'un lapsus ou d'un contre sens. Il dit exactement une chose et son contraire dans la même phrase : sa naissance a été l'occasion d'une crise familiale avec la première femme de son père et ses enfants, mais au lieu de dire "chacun veut tirer dans son sens pour avoir la plus grosse part"…. il dit "chacun tire dans son sens pour obtenir la répartition la plus équitable".

 

On mesure ici combien ce propos a pour fonction de boucher l'absence de reconnaissance symbolique de son père qui rabat le lien père/fils au registre biologique, c'est à dire à un pur réel. Ce trou au champ du regard de l'Autre le menace d'anéantissement et il tente, à sa façon, avec cette formulation d'un "partage équitable" de se restaurer une place dans la fratrie. C'est en cela que, cette construction, bien que discordante et délirante, est une tentative de guérison, au sens où FREUD l'entendait.

 

C'est également à partir de ce trou dans le symbolique qu'il va construire cette "extension de mémoire" que j'ai évoqué dans mon titre. En effet, peu de temps avant son voyage au Liban, Alexandre décrit la survenue d'une crise alors qu'il vivait à Lyon :

" ... lorsque j’étais à Lyon il s’est produit quelque chose place Bellecour. C’est comme si un éclair ...  était intervenu et je suis tombé à la renverse sur le sol la tête la première, ici là" dit-il en touchant l’arrière de son crâne. "Il n’y a aucune lésion, aucune marque mais ... ça s'est ouvert. Je m’en souviendrai toute ma vie, parce que lorsque je me suis endormi ce soir-là, j’étais dans un foyer rue Pasteur, et quand je me suis réveillé j’ai vu le coussin de l’oreiller ensanglanté et ... après, j’avais l’air parfaitement normal je me sentais bien, mais j’avais en plus une nouvelle mémoire une extension de mémoire." Et lorsque Stéphane THIBIERGE lui demande : "Pourquoi êtes-vous tombé ?" il répond : " Parce que le moment de la chute était venu".

 

Cette description met en évidence l'importance du corps propre dans la survenue de cette crise. Lorsqu' Alexandre dit qu'il a senti "une ouverture" dans son crâne alors qu'il n'y avait "aucune lésion", il témoigne d'une expérience de modification corporelle qui constitue ce que Lacan appelle les phénomènes élémentaires dans la psychose.

 

Ce phénomène hypochondriaque témoigne de la persistance du réel de la lettre incarcérée dans la chaîne signifiante, et cette chute à défaut d'avoir lieu dans le symbolique s'opère dans le réel : "le moment de la chute était venue."

 

Alexandre va expliquer qu'avec cette extension de mémoire, il s'est senti "devenir une nouvelle personne." Il a "la faculté de comprendre à quel point l’existence est merveilleuse."

" Je suis passé, dit-il, d’un individu centré sur lui-même, un peu enfermé, isolé, à une extension fabuleuse, tourné vers les autres." Il ressent "un sentiment d’amour envers son prochain et la volonté de connecter le plus possible avec ceux qui le souhaitent, parce qu’on ne peut pas soigner tout le monde" ajoute-t-il.

 

Il se sent visé par cette lettre qui lui a été transmise et construit à partir de là, ce à quoi il se trouve assigné. Il se sent investi d’une mission quasi messianique d'avoir à sauver le monde, à guérir les autres. Son propos est truffé d'allusions à un amour océanique et universel. Il considère l'hôpital comme "une grande famille", "c'est un endroit "merveilleux", "il aime tous les autres patients". 

Il recherche l’harmonie entre les hommes et même son activité de marketing stratégique consiste, dit-il, à "faire passer des messages aux gens pour rassembler, pour unifier…"

 

Cette ouverture à tout, lui fait apprécier le changement, la nouveauté …  Il veut "sauter à deux pieds joints dans la modernité".

 

La tache à laquelle il se sent assigné, dont il dit au début de l'entretien tout ignorer, se révèle finalement assez précise. Elle prend la tournure d'une mission qui n'a pas ce caractère énigmatique que l'on retrouve dans la névrose avec le "Que Voi", qui renvoie le névrosé à l'énigme du désir d'un grand Autre barré, mais prend un caractère de certitude, malgré le flou avec laquelle il l'exprime. Le grand Autre l'a assigné à une place qui ne fait aucun doute et c'est probablement cela "la signification personnelle" que l'on retrouve chez bon nombre de psychotiques.

 

Cette extension de mémoire est donc à entendre comme un amour extensif, infini, sans limite, qui opère une forclusion totale de la question de l'hostilité et de la haine, qui ne manque pas, néanmoins de se retourner en persécution.

 

Cet imaginaire d'un monde merveilleux qu'il déploie, cette nouvelle mémoire à laquelle il aspire, auraient selon son vœu la possibilité d'effacer l'ancienne mémoire, celle de la persécution de son aïeul. Mais, d'être évacuée, cette question de la haine lui revient dans le réel, sous la forme de menaces de mort.

 

Cette ouverture à la modernité le confronte au sentiment d'être surveillé, contrôlé par l’intermédiaire de son téléphone : " J’ai la passion pour les technologies, je sais que les nouvelles technologies peuvent effectivement donner une extension de mémoire, mais si on est dépendant de la technologie, notre liberté est atteinte …. on joue au cœur de la liberté, ...  jusqu’à quel niveau doit-on utiliser nos téléphones pour écouter, pour surveiller, pour contrôler les individus ?"

 

Il explique qu'il a perdu bon nombre de ses téléphones portables et apprécie plutôt, dit-il, "de se détacher de l’utilisation de ces machines, parce qu’on a besoin aussi, ajoute-t-il, chacun, d’un jardin secret, on a besoin d’une zone d’intimité". Il aspire "au calme, à un retour à la discrétion".

 

Alexandre témoigne ici de façon assez touchante de cette difficulté, plus ou moins grande selon les cas, de mise en place d'un "heim" dans la psychose, d'un lieu où le sujet puisse se sentir protégé, en sécurité. Il exprime la porosité de sa vie psychique et la perte de toute zone d’intimité. Il se sent exposé sans limite au regard et à l'hostilité de l'autre.

 

Cette absence de constitution du Moi, transparaît également dans son rapport au langage. Très régulièrement au cours de l'entretien, il parle de lui-même à la 3e personne :  "des gens secourables se sont aperçus qu'il y avait une personne (pour parler de lui) qui était anormalement fatiguée qui était anormalement exposée », ou bien autre exemple : "la mère a tellement souffert pour éduquer son fils" et régulièrement, il utilise le "on" pour parler de lui : "on a longtemps essayé d'apprendre le libanais, dit-il, mais le truc c'est que ça ne venait pas ».

 

L'imaginaire délirant qu'il met en place ne permet pas la mise en place de cette instance du Moi, qui bien qu'illusoire, procure au névrosé un semblant d'unité et un sentiment de sécurité plus ou moins stable.

 

Le sujet psychotique est de façon plus directe qu'un autre en butte au morcellement du sujet qui, de fait, n'ex-siste que dans la chaîne signifiante qui organise son rapport au langage et que rien ne vient garantir, tant il se trouve toujours entre deux signifiants. Seule la reconnaissance symbolique du regard de l'Autre peut lui assurer un point d'arrimage, un point de capiton.

 

Faute de cela, cette "extension de mémoire" qu'Alexandre emprunte, à l’univers informatique nous signale, son identification réelle à un objet technologique qui exprime sa chosification et la menace de mort subjective à laquelle il est confronté.

 

Le cas de ce patient m'a paru tout à fait intéressant pour aborder la fonction de l'imaginaire dans la psychose, qui tout en étant désarrimé des autres registres, est sans limite, ouvre sur un propos où tout est possible.

 

Confronté à un trou dans le symbolique, le sujet psychotique tente, avec la construction du délire, de se ménager une place au champ symbolique, là où le regard de l'Autre dans le miroir n'a pas assuré sa fonction d'articulation entre le Réel du corps de l'enfant et la place qui lui a été assigné par les signifiants parentaux. De ce point de vue, le délire constitue bien, comme le propose Feud, une tentative de guérison.

 

Néanmoins, cette place qu'il tente de construire est éminemment fragile, ne tient pas, elle est sans cesse à recommencer. Cet imaginaire n'assure aucune stabilité à un sujet dont l'errance subjective se manifeste souvent par une errance géographique. 

 

Ce désarrimage de l'imaginaire laisse, le sujet en prise directe avec le réel de cette lettre dont Lacan dit qu'elle arrive toujours à destination, et qui, de n'être pas chue de la chaîne signifiante, se trouve incarcérée dans le corps, et provoque un retour dans le Réel de ce qui n'a pas pu être symbolisé.

 

Cela apparaît ici assez clairement chez Alexandre qui nous dit comment la persécution réelle de son aïeul lui revient dans le réel sous forme persécutive et provoque son errance, dans un moment de notre histoire collective où la montée de la xénophobie se manifeste par la présence au deuxième tour des élections présidentielles, d'une candidate du Front National. 



___________________________________________________

- Auteur : Marie Helene PONT-MONFROY
- Titre : "L'extension de mémoire" Déliaison et tentative de guérison.
- Date de publication : 07-02-2018
- Publication : Collège de psychiatrie
- Adresse originale (URL) : http://www.collegepsychiatrie.com/index.php?sp=comm&comm_id=186